syndicat des chargées et chargés de cours de l'Université de Montréal

SCCCUM – Projet de mentorat

Le mentorat : un moyen pour briser l’isolement des chargés de cours et accroître leur plaisir à enseigner

AUTEUR : Guy Rolland
Un sondage auprès des membres du SCCCUM en 2013 a mis en lumière une forte préoccupation à l’égard des questions reliées à la santé psychologique. Afin de répondre à cette préoccupation,  les membres du comité syndical de santé et sécurité au travail ont proposé diverses mesures dont la mise en place  d’un programme de mentorat. Ce projet a reçu l’approbation du conseil exécutif du SCCCUM et est maintenant en voie d’implantation. Une formation sera offerte aux futurs mentors à l’été 2017 et un projet pilote sera en place à l’automne 2017 pour une durée d’un an, ce qui permettra d’apporter au programme les ajustements nécessaires.

Depuis le début du projet, l’Université a démontré un vif intérêt et offert sa collaboration à diverses étapes de son élaboration et de son implantation, notamment dans la conception et la prestation de la formation aux mentors. Les doyennes et doyens des facultés des  Arts et des Sciences, de l’Éducation permanente et des Sciences de l’éducation ainsi que le vice-recteur adjoint aux Affaires professorales ont donné leur appui au projet.

Le mentorat aura des effets positifs sur deux volets : le développement des compétences d’enseignement du chargé de cours et le plaisir qu’il tirera de son travail d’enseignant. De plus, en proposant une structure de collaboration entre pairs, le mentorat contribuera à briser l’isolement que vivent les chargés de cours.

Le mentorat est essentiellement un travail d’équipe entre un mentor et un mentoré  qui se développe et s’ajuste en fonction de l’évolution de la relation et des besoins du mentoré. Les deux forment un partenariat au sein duquel chacun trouve son bénéfice. Le mentoré, par le sentiment d’être soutenu sans jugement par un pair expérimenté et reconnu pour ses habiletés relationnelles et pédagogiques, par l’accroissement de son sentiment de compétence et par une plus grande aisance à accomplir son travail, éprouvera un  plaisir accru à enseigner. Le mentor, en partageant ses expériences, en contribuant au développement d’un pair et en développant lui-même ses propres compétences grâce à l’auto-évaluation de sa pratique, ressentira la satisfaction d’avoir joué un rôle significatif dans l’accomplissement professionnel d’un collègue et d’avoir possiblement donné un second souffle à son propre développement.

Quels sont les principes qui sous-tendent le mentorat ?

  • La relation mentor-mentoré s’établit sur une base de bénévolat (non rémunérée); nous cherchons cependant une façon de rémunérer les futurs mentors pour le temps consacré à la formation initiale;
  • Le soutien que procure le mentor au mentoré est basé sur le désir d’aider, de partager ses compétences, de contribuer à l’épanouissement du sentiment de compétence, d’engagement et de bien-être au travail de ses collègues;
  • Le mentorat implique une approche réflexive de la part du mentor qui l’amène à revoir ses propres façons de faire; ainsi le mentorat s’inscrit dans une approche de développement continu au sein de laquelle le mentor et le mentoré évoluent;
  • La relation mentor-mentoré est égalitaire et basée sur l’écoute et l’échange;
  • Pour être efficiente, la relation mentor-mentoré doit en outre être soutenue par une formation adéquate donnée aux mentors, l’adhésion à un code d’éthique, l’identification et la définition des compétences visées (référentiel de compétences) qui constitueront une base à l’établissement d’un bilan des compétences, à la mise en place et au suivi  d’indicateurs de performance du projet et une structure permettant le pairage entre mentors et mentorés.

Les bénéfices sur la santé et le mieux-être au travail sont nombreux :

  • Contribuer à briser l’isolement des chargés de cours;
  • Favoriser l’intégration des chargés de cours;
  • Développer un plus grand sentiment d’appartenance;
  • Contribuer à la diminution du stress et à augmenter le sentiment de bien-être au travail;
  • Favoriser la confiance et l’estime de soi;
  • Développer les liens et communications intergénérationnels;
  • Valoriser l’expérience des mentors;
  • Accentuer le sentiment de compétence;
  • Aider à créer des réseaux professionnels.

En plus de ces bénéfices qui ont été démontrés par diverses expériences de mentorat qui ont eu lieu, le programme de mentorat permettra de créer un bassin de mentors qualifiés qui pourraient être sollicités comme mesure de soutien lors de l’évaluation de chargés de cours.

Comme on le devine, le succès du mentorat sera tributaire du rôle que joueront les acteurs.

Le mentor est une personne dont les compétences en enseignement sont reconnues. Il désire partager ses acquis et aider ses pairs. L’écoute, l’empathie, l’absence de jugement, la disponibilité, la communication et la facilité dans les relations interpersonnelles sont parmi les qualités recherchées chez un mentor. C’est aussi une personne capable de se questionner sur ses propres compétences et pratiques.

Le mentoré, quant à lui, a à cœur le développement de ses compétences et a déjà entrepris une certaine réflexion à ce sujet. Il souhaite établir une relation de confiance avec un pair et est prêt à s’investir dans cette relation en se montrant  ouvert, réceptif et transparent. Cela passe, bien sûr, par la démonstration d’une certaine humilité. Idéalement, le mentoré aura déjà vécu une expérience d’enseignement, ce qui lui permettra de faire plus facilement le bilan de ses forces et de ses besoins de développement.
…..
Les membres du comité syndical SST (Mohamed Ben Amar, Athman Chelbi, Mario Leclerc et Guy Rolland) croient fermement que le mentorat pourra être une façon appropriée de répondre à certaines des préoccupations des chargés de cours. Ils souhaitent également que le plus grand nombre possible de chargés de cours eux y prenne part, soit à titre de mentor, soit à titre de mentoré, ou encore à titre de participant au forum de discussion qui sera mis sur pied sur pied dans le but d’entretenir à l’égard du programme le dynamisme nécessaire et la remise en question continue de son fonctionnement. Aussi vous invitent-ils à suivre leurs prochaines communications afin de manifester votre intérêt à participer au programme de mentorat.