Archives de catégorie : Nouvelles

Dîner-causerie : Pourquoi un salaire minimum à 15 $ s’impose-t-il ?

 

Le salaire minimum est actuellement à 11,25 $/heure. Ce salaire « de misère » ne permet pas de joindre les deux bouts, c’est-à-dire qu’il ne permet pas de vivre au-dessus du seuil de la pauvreté, même quand on travaille à temps plein toute l’année. Il ne permet donc pas de faire vivre une famille, de répondre aux imprévus de la vie ou d’envisager de se payer une formation ou des études, si on vit seul-e ou si on n’a pas une autre source de revenus dans la famille. Voilà pourquoi plusieurs organisations de la société civile ont lancé, le 7 octobre 2016, la campagne 5-10-15 pour réclamer une structure salariale se fondant sur un salaire minimum à 15 $/heure. Si la Colombie-Britannique, l’Alberta et l’Ontario se sont engagés à l’implanter au cours des prochaines années, pourquoi pas le Québec ?

Pour mieux saisir les tenants et les aboutissants de cet enjeu, le comité exécutif du SCCCUM vous convie à un dîner-causerie (sandwichs inclus!) autour de la question. Il aura lieu :

Ce jeudi 12 octobre 2017, de 11 h 45 à 12 h 45

Au Pavillon 3200, Jean-Brillant, B-4310

Avec Cheolki Yoon,

membre du Centre des travailleurs et travailleuses immigrants de Montréal

Et Carole Yerochewski,

chargée de cours en sociologie et en relations industrielles à l’UdeM

Ce dîner-causerie permettra de mieux saisir les origines de la campagne pour un salaire minimum à 15 $/heure et l’argumentaire qui la fonde. Il permettra aussi de défaire un certain nombre de mythes autour des conséquences néfastes que pourrait avoir l’augmentation du salaire, et mettra en lumière quels sont les groupes sociaux – les femmes, les personnes racisées, c’est-à-dire les personnes les plus vulnérables – qui se retrouvent piégés dans les bas salaires. Il visera enfin à promouvoir la grande marche de 15 km, le 15 octobre, pour un salaire minimum à 15 $/heure.

Pour plus d’infos sur le dîner-causerie, contactez Michaël Séguin (michael.seguin@scccum.ca)

Au plaisir de vous y retrouver,

Votre équipe syndicale

 

Pour en savoir plus sur la campagne 5-10-15, voir : http://www.cinqdixquinze.org

Pour les coordonnées de la marche du 15 octobre, voir https://www.csn.qc.ca/actualites/participez-a-la-marche-de-15-km-pour-un-salaire-minimum-de-15/

 

 

Grande marche de 15 km le 15 octobre pour un salaire minimum de 15$

GRAND RASSEMBLEMENT AU
PARC LAURIER LE 15 OCTOBRE À 13 HEURES POUR
REJOINDRE LA MARCHE DE 15 KM
POUR FAIRE LA MARCHE COMPLÈTE DE 15 KM
Départ au métro Lionel-Groulx à 10 heures - trajet de 15 km
POUR SE JOINDRE À LA MARCHE EN COURS DE ROUTE
Place Émilie-Gamelin à 11 h 30 - trajet de 10 km
Parc Laurier à 13 h (angle Mentana et Laurier) - trajet de 5 km

 

 

 

 

 

 

Avis de convocation à une assemblée générale statutaire

Date : 15 septembre 2017
Heure : 13 h
Pavillon : 3200, rue Jean-Brillant
Local : B-4280

 

Chères et chers membres,

En ce début de trimestre, nous vous convoquons à une assemblée générale statutaire qui aura lieu le 15 septembre.

Pour nous permettre de nous retrouver et de fraterniser, nous vous invitons à un goûter, style BBQ, vers 17 h tout de suite après l’assemblée. Il sera situè sur la place Laurentienne devant la BLSH. Veuillez consulter le menu (https://wp.me/p6WhHa-18I) et nous faire parvenir votre choix à mob@scccum.ca avant midi le 11 septembre.

Au plaisir de vous y voir en grand nombre !

Ordre du jour

1. Ouverture de l’assemblée et élection d’une présidence d’assemblée
2. Lecture et adoption de l’ordre du jour
3. Lecture et adoption des procès-verbaux des assemblées générales spéciales des 16 et 27 juin 2017
4. Mot de la présidence
5. Trésorerie : Prévisions budgétaires 2017
6. Élection des membres du Conseil syndical pour le mandat 2017-2018
7. Point d’information : refonte des Statuts de l’Université de Montréal
8. Point d’information : nouvelles de la FNEEQ et du Regroupement universitaire
9. Questions diverses
10. Levée de l’assemblée

Nous vous rappelons que les frais de garderie et de stationnement vous seront remboursés pour l’occasion, selon les barèmes en vigueur au SCCCUM.

Votre équipe syndicale

Le mot du président-7 septembre 2017

 

Chères et chers membres,

Toute votre équipe syndicale se joint à moi pour vous souhaiter une agréable rentrée et un automne rempli de succès. Nous espérons que vous avez pu prendre quelque repos et profiter des douceurs de l'été. Quant à nous, nous sommes de retour au travail depuis quelques semaines déjà, et nous sommes prêts à affronter un automne qui s'annonce chargé.

En effet, de nombreuses tâches nous sollicitent : finalisation des textes de la nouvelle convention collective et participation à des comités de relation de travail spéciaux en présence du conciliateur, révision des statuts et règlements de l'Université, participation aux instances de notre fédération (FNEEQ) et de notre centrale (CSN), production de capsules d'information, nouvelles activités de mobilisation et j'en passe. Nous voulons aussi nous préoccuper plus que jamais de participation et d'information. Nous continuerons d'améliorer la convivialité de notre site internet et nous redoublerons d'efforts pour augmenter les occasions de participation à la vie syndicale.

La première assemblée générale de l'automne aura lieu le vendredi 15 septembre à 13 heures. Elle élira le conseil syndical, notre instance militante de réflexion et de recommandation, qui peut réunir plus d'une centaine de membres. Nous vous invitons à venir nombreux présenter votre candidature et mettre du vôtre dans notre démocratie. Soit dit absolument pas en passant, je suis heureux de vous annoncer que, lors de cette élection, nous mettrons à l'essai le télévoteur, lequel devrait réduire de beaucoup le temps consacré au scrutin.

Soyez aussi des nôtres après l'assemblée, alors que nous fêterons la rentrée autour d'un goûter de style BBQ, qui sera servi à l'extérieur, près du pavillon Jean-Brillant. Une joyeuse occasion de fraterniser.

Au plaisir de vous y serrer la pince!

Pierre G. Verge

Les Sandwichs Gourmands

1. Le Viande fumée

Un sandwich de viandes fumées et cornichons à l'aneth

[Sandwich de viande fumée cuit sur charbon de bois (175 gr.) sur pain pretzel avec moutardes variées]

Salade de choux crémeuse

Un sac de croustilles

Une boisson (boisson gazeuse, eau, jus…)

 

2. L’Effiloché de poulet méchoui

Un sandwich de poulet effiloché

[Sandwich de poulet effiloché sauce pommes et érable ou sauce whiskey et oignons rouges sur pain panini]

Salade césar ou choux crémeuse

Un sac de croustilles

Une boisson (boisson gazeuse, eau, jus…)

 

3. L’Effiloché de porc

Un sandwich à l'effiloché de porc

[Sandwich de porc effiloché, oignons caramélisés, sauce BBQ sur pain kaiser]

Une salade césar ou de choux crémeuse

Un sac de croustilles

Une boisson (boisson gazeuse, eau, jus…)

 

4. Le Végétarien

Un sandwich de tofu grillé ou de hummus

[Sandwich de tofu grillé ou de hummus, avec légumes grillés sur pain Kaiser]

Salade césar ou choux crémeuse

Un sac de croustilles

Une boisson (boisson gazeuse, eau, jus...)

 

Voir loin, viser juste : le SCCCUM au congrès de la CSN

 

Du 5 au 10 juin dernier se tenait le 65e congrès de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) au Palais des congrès de Montréal sous le thème « Voir loin, viser juste ». Dix membres du SCCCUM[1] ont participé à cet événement de grande ampleur auquel ont pris part un peu plus d’un millier de délégués. On doit dire, d’entrée de jeu, que la CSN est une grosse machine avec ses 300 000 membres affiliés à 1 600 syndicats (dont le nôtre) regroupés en huit fédérations sectorielles (dont la FNEEQ) et en 13 conseils centraux régionaux (dont le CCMM)[2]. Le congrès constitue en quelque sorte l’assemblée générale, réunie tous les trois ans, des syndicats, fédérations et conseils centraux.

Pour qui n’est pas un régulier du milieu syndical, un léger choc culturel est à prévoir: entre les appels aux « camarades », le récurrent et bien senti slogan « so, so, so, solidarité », le rappel des luttes héroïques de la classe ouvrière (des grèves et lockouts) ou le formalisme des débats avec amendements, puis sous-amendements, il y a de quoi surprendre. Et puis, à mettre des militants issus de la santé, de l’éducation, du commerce, des communications, des services publics, de la construction et de l’industrie manufacturière ensemble, il y a parfois des tensions entre ceux et celles qui veulent débattre plus longtemps et d’autres qui veulent agir tout de suite… Néanmoins, tout ceci ne doit pas masquer l’importance du rassemblement puisque la CSN occupe une place unique au sein de la société civile québécoise en tant que mouvement non seulement porteur d’un projet de solidarité entre travailleurs et travailleuses, mais aussi pour la société entière. En bref, il s’agit d’un des espaces où se pense un autre monde possible comme en témoigne la présence d’une vingtaine d’invités internationaux.

Mais que retenir de cet événement du point de vue du contenu? Trois éléments me semblent centraux : la discussion sur la vie syndicale, l’adoption du budget et enfin l’adoption du manifeste Voir loin, viser juste.

Réforme Barrette, votes d’allégeance et vie syndicale

Le congrès s’est ouvert sur un problème de fond : celle du départ de près de 22 000 membres suite à la campagne de réaffiliation syndicale provoquée par la réforme Barrette (loi 10). En effet, la reconfiguration du réseau autour de 28 établissements (au lieu de 180) a aussi eu pour conséquence d’obliger une réorganisation en profondeur des accréditations syndicales[3]. S’est donc posée de diverses façons la question : pourquoi des milliers de membres ont-ils choisi de quitter la CSN pour rejoindre l’APTS ou la FIQ en avril dernier, deux organisations syndicales nettement plus corporatistes qui n’offrent ni la même autonomie ni le même projet social? Plusieurs hypothèses ont été avancées, dont la distance entre les exécutifs syndicaux et les membres, les résultats mitigés dans la dernière négociation dans le secteur public, le coût plus élevé des cotisations à la CSN, une époque où l’individualisme ambiant rend moins interpellant son projet syndical, la capacité de l’APTS et de la FIQ à s’adresser aux différentes catégories de professionnels de la santé dans leur langage. Au final, c’est la première raison qui a surtout été retenue en congrès, donnant lieu à une discussion sur l’état de la vie syndicale  d'où est issue une proposition visant à faire une consultation régionale de tous les syndicats à l’automne afin de mieux mesurer leurs besoins et la façon d’y répondre.

Un budget sous le signe de l’austérité

Au-delà du questionnement sur la vie syndicale, c’est du côté budgétaire que le départ des 22 000 membres s’est fait le plus sentir avec un manque à combler de 7 millions de dollars sur trois ans (une décroissance de 2,8% des per capita, soit la part de la cotisation syndicale qui va à la CSN). Il fallait couper, mais où ? Dans la continuité du comité précongrès, il a été décidé (1) d’augmenter les prestations de grève, de lock-out et de congédiement, (2) de maintenir au même niveau les mesures d’appui direct aux syndicats et (3) de maintenir au même niveau la péréquation versée aux fédérations et aux conseils centraux de la CSN. C’est donc dans le personnel que les compressions ont été surtout dirigées, en particulier dans le service d’appui aux mobilisations et à la vie régionale avec près de 11 postes coupés (et un demi créé) et dans le service d’appui aux relations de travail avec 11 postes coupés (et 1,5 créé). Plusieurs tentatives d’amendement ont été introduites, notamment dans l’espoir de préserver des services professionnels considérés essentiels à la vie syndicale en région, mais sans succès… Sur l’ensemble des amendements sur le budget soumis, seul celui préservant le poste de l’ergothérapeute a été adopté, ce qui n’est pas nécessairement un signe de bonne posture dans le rapport centre/région !

Le manifeste Voir loin, viser juste

Sur une note plus mobilisante et positive a été dévoilé et adopté le manifeste Voir loin, viser juste[4] qui sert également de base de revendications de la Confédération pour les trois prochaines années. Ce manifeste s’articule autour de cinq axes. Le premier, « Pour sécuriser le revenu tout au long de la vie », implique une réforme majeure de la Loi sur les normes du travail, l’adoption du salaire minimum à 15$/heure et une bonification du Régime des rentes du Québec. Le second, « Pour développer l’économie et créer des emplois de qualité », implique une valorisation du droit à la formation continue et au perfectionnement la vie durant, l’adoption d’une politique industrielle permettant la relance du secteur manufacturier et le renforcement de la participation de la société civile dans le développement régional. Le troisième, « Pour consolider les services publics », implique d’accroître les revenus de l’État en misant sur la lutte contre l’évasion fiscale, l’instauration d’un impôt minimum pour les entreprises et l’ajout de paliers d’imposition pour les mieux nantis. Le quatrième, « Pour lutter contre les changements climatiques », implique autant d’adopter un plan d’action permettant une transition énergétique juste qui ne se fasse pas aux dépens des moins fortunés qu’une stratégie gouvernementale encourageant les entreprises à y arriver. Et enfin, le cinquième, « Pour renforcer la démocratie », implique d’adopter un mode de scrutin proportionnel mixte pour garantir une plus grande diversité de points de vue et de réclamer un soutien financier aux médias traditionnels pour garantir l’accès à une information diversifiée et de qualité.

Nous aurons l’occasion, cet automne, de revenir en assemblée générale sur ce manifeste afin d’identifier comment il nous sera possible, comme chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal, de faire nôtre l’une ou l’autre de ces revendications.

Michaël Séguin,

v.-p. aux relations intersyndicales

 

 

 

[1] Y étaient Stéphane Fauteux, Françoise Guay, Bertrand Hounkannounon, Frédéric Kantorowski, Luc Leclerc, Nadia Proulx, Benoit Robichaud, Michaël Séguin, Pierre G. Verge et Carole Yerochewski .

[2] Pour plus de détails sur la structure, la mission et le fonctionnement de la CSN, voir https://www.csn.qc.ca/notre-structure/.

[3] Pour plus de détails sur ce sujet, voir http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1027013/syndicat-sante-quebec-apts-scn-fiq-membres.

[4] On peut télécharger le manifeste à l’adresse https://www.csn.qc.ca/65e-doc-manifeste/.

Aimeriez-vous bénéficier des services d’un mentor?

Très bientôt, les chargées et chargés de cours qui le désirent pourront être accompagnés par une ou un collègue plus expérimenté. Cette initiative du SCCCUM, réalisée avec la collaboration de l’Université de Montréal, vise à soutenir les compétences pédagogiques des chargées et chargés de cours.

Éprouvez-vous de la difficulté à soutenir l’intérêt d’un grand auditoire? Désirez-vous développer vos aptitudes pédagogiques? Avez-vous besoin de valider votre approche? Voulez-vous contrôler le stress lors de la prestation de vos cours? Désirez-vous améliorer votre gestion de classe ? Si la réponse à une de ces questions est oui, vous pourriez bénéficier de l’expérience d’un collègue reconnu pour ses compétences d’enseignant, ses habiletés communicationnelles, sa disponibilité et son désir d’aider.

Dès cet automne, 15 chargées et chargés de cours seront prêts à agir comme mentors auprès de leurs collègues. Ce soutien prendra la forme d’une relation basée sur l’échange de pratiques, l’approche réflexive et l’écoute. Le mentor est une personne qui se porte volontaire pour soutenir de façon continue pendant une période d’un an un collègue moins expérimenté. Elle ne juge pas. Elle ne se sent pas supérieure. Elle cherche à comprendre et à aider. Elle a été formée pour cela.

Le mentorat entre chargées et chargés de cours est également un moyen de resserrer les liens entre nous et de briser notre isolement. Il vise à accroître notre sentiment de compétence et notre plaisir à enseigner et à faire en sorte que nous nous sentions plus engagés dans la communauté universitaire.

Suivez l’information sur le mentorat affichée sur le site du SCCCUM (scccum.ca) sous l’onglet « Mentorat ». Vous y trouverez très bientôt la liste de nos mentors ainsi que leur profil. Vous pourrez alors choisir la personne avec qui vous aimeriez être jumelé.

N’hésitez pas à nous écrire à mentorat@scccum.ca pour obtenir plus d’informations ou pour transmettre vos commentaires. Nous serons heureux de vous lire.

Le Comité SST